Le Cercle des ufologues Index du Forum

Le Cercle des ufologues
Forum d'études du phénomène ufologique
 
ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion   FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes S’enregistrerS’enregistrer

Histoire des indiens d'amérique du nord (Sud-Ouest)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Cercle des ufologues Index du Forum -> Forum en Français -> Les enquêtes ufologiques du Cercle -> Phoenix et les ovni
-> Les indiens de phoenix
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Plusthon
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 01 Sep 2006
Messages: 1 947
J'accepte La charte: Oui j'ai lu et pris connaissance de la charte, j'e l’accepte et je m’engage à la respécter

MessagePosté le: 24/09/2006 02:40:30    Sujet du message: Histoire des indiens d'amérique du nord (Sud-Ouest) Répondre en citant

RE les ami(e)s je ne sais si j'ai été claire je vous poste 1 chapitre entier (que j'ai tapé)
Vous y trouverez des données sur l'histoire, sur l'économie, sur l'art etc..



Citation:
Le Sud Ouest d’Amérique du Nord
Les Indiens

Le Sud-Ouest se compose pour l’essentiel de montagnes et de déserts.
Dominé à l’Est par les rocheuses et par la sierra Nevada à l’Ouest, le grand bassin est une région aride peu hospitalière.
Au sud, les rocheuse s’aplanissent pour en former une zone de plateaux drainée par le Colorado jusqu’au Golfe de Californie, et par le Rio Grande jusqu’au Golfe du Mexique qui en s »affaissent, débouche sur le désert de Gila au sud de l’Arizona.
Seul l’Ouest de la sierra jouit d’un climat plus tempéré.

Même s’il existe en Californie aussi quelques endroits secs, dans l’ensemble elle bénéficie d’un agréable climat de type méditerranéen.
En revanche, étant plus montagneuse (chaînes côtières) que dans d’autres régions, l’habitat s’y répartit en de multiples petites zones, véritables niches écologique.

Les premier habitant de l’Ouest de l’Amérique du Nord étaient, pense-t-on, en majorité des chasseurs-cueilleurs peu spécialisés ; La chasse au gros gibier n’était une activité importante que dans les quelques régions isolées.
Avec la dessiccation de plus en plus importante des sols à la fin du Pléistocène ( à partir de 10 000av JC), les peuples du sud-ouest vont devoir se spécialiser pour survivre.

Vers 8000 av JC, la culture du désert dais son apparition dans les Grands bassins ; fondée sur une économie de cueillette, la chasse n’y tient qu’une place secondaire.

Trois (cent) mille ans plus tard (je pense que le cent est une erreur de traduction) cette novelle civilisation s’était propagée jusque dans les plateaux et désert du Sud-Ouest.
Son adaptation au milieu californien en faisait toutefois une culture plus régionale et moins spécialisée.
Le succès de son implantation est confirmé par le fait que, tant dans le grand bassin qu’en Californie, les modèles de base de son économie de subsistance ne subiront aucune transformation majeure avant la période historique et cela bien que les populations, elles aient changé.
Seul l’extrême sud du sud-ouest connaîtra d’autres mutations, en partie sous l’impulsion d’influence mexicaine.
Sa préhistoire, dont la durée s’étale sur les 1800 ans précédant l’arrivée des espagnols, est dominée par les effets conjuguès de trois traditions locales :
-celle des Mogollon des régions frontalières de l’Arizona, et du Nouveau-Mexique
-celle des Anasazi du sud-ouest septentrional
-celle des Hohokam de la plaine désertique du sud.
Ce qui les distinguaient de leurs voisines, c’est le développement d’un mode de vie sédentaire fondé sur la pratique de l’agriculture irriguée.
Le maïs importé du Mexique dans la région occupé par les Mogollon avant 2000Av JC (suivi de la courge et du haricot 1000ans plus tard) n’y représentait qu’une ressource complémentaire à celle de la cueillette de plante sauvage

La tradition Holokam, à ses débuts (vers 300 av JC) révèle des influences mexicaines encore plus marquées. L’agriculture est rendue possible dans les vallées désertique du Rio Gila et de Salt, grâce à un système d’irrigation sophistiqué composé de rigoles et de canaux mesurant jusqu’à quinze kilomètres et plus.
On pense que c’est aussi par le Sud et à la même époque que le tissage et la poterie ont été introduite dans cette région. En effet, on ne sait toujours pas si les premiers Hohokam étaient de pacifique colon venu du Mexique pour établir un avant-poste au Nord ou des populations locales fortement influencées par leur voisin mexicain.

La tradition Hohokam exerça son emprise à l’Est comme au Nord jusqu’à 1000 après JC et au-delà ; A partir de 1200 toutefois, les hohokam subirent à leur tour l’influence des Anasazi.
Leur architecture de type Pueblo (construction à plusieurs étages en pierre ou en adobe abritant plusieurs groupes ou familles dans des pièces séparées par des murs)et leur poterie polychrome rayonnèrent à travers la région pendant environs 200 ans.
Les Pima et les Papago sont considérés comme les héritiers de cette tradition.

La civilisation Mogollon est sans nul doute le fruit d’un développement local.
L’agriculture irriguée n’y tiendra jamais une place aussi importante que dans le reste du Sud Ouest en raison de condition écologique plus favorable.
Il se peut que le Mexique ou les Hohokam soient directement à l’origine de leur terre cuites mais celles-ci comportent moins d’éléments exotiques que celle du désert. Durant le premier millénaire après JC, les Mogollon joueront un rôle essentiel dans l’apparition de la tradition Anasazi ; pui la situation se renversant, ils trouveront à leur tour en position de demande. C’est au cours de la période tardive de Casas Grandes et à Chilhuahua(ancien avant poste mexicain proche de la frontière) que le mélange des cultures Mogollon-Anasazi va se manifester et constituer le moule dans lequel se fondera la tradition culturelle des Zuni de la période historique.

A l’époque ou les Hohokam comme les Mogollon pratiquaient déjà la poterie, les Anasazi n’avaient pas dépassé le stade « vannier »(basketmarker ;300-700ap JC)
Période de transition entre une version locale adaptée de la culture du désert et l’apparition et le plein développement de la culture Pueblo.
Ils cultivaient du maïs mais ne fabriquèrent de poteries qu’à partir de 400 ap JC. Trois cent ans plus tard, le passage d’un type d’habitation à demi enfouie à des constructions en pierre ou en adobe marquera le début du stade Pueblo- lequel subsistera jusqu’à la période historique.
On divise généralement en quatre périodes correspondant au développement de l’irrigation et de l’architecture,
700-900apJCà l’extension de son champ d’influence, 900-1000 ; à l’abandon d’une partie de son territoire au Nord à la suite d’une vague d’intense sécheresse, 1100à1300 ; Et enfin aux années précédant l’arrivée des Espagnols au XVI siècle.
L’immense royaume des Anasazi s’était toujours distingué par sa diversité.
Au cour de la période historique celle-ci se trouvera réduite à deux entités :
Les Pueblos de l’Ouest (Hopi, Zuni, Acoma)
Et les Pueblos de l’Est en amont du Rio grandes.

Quoiqu’elle appartienne à une même civilisation (architecture Pueblo, culture irriguée, religion avec un clergé, gouvernement théocratique), les tribus Pueblo se répartissent en quatre groupes linguistiques distincts :
-Uto-Aztèque
-Kiowa-Tonoa
-Zuni (apparenté au groupe penuitian de Californie)
-Keresan
Leur relation avec les Espagnols est marquée par une forte résistance de leur part au processus d’acculturation.
La révolte Pueblo de 1680 chassa (pendant un temps) les Espagnols du Sud-Ouest, mais ceux-ci revinrent douze ans plus tard reconquérir leur possession perdue et christianiser sous la contrainte armée, les tribus du Rio Grande.
Cela n’empêchera pas les Pueblo de rester fidèle ne secret à leur religion ; Ils ont d’ailleurs conservé jusqu’à nos jours une bonne part de leur héritage culturel.

Porté par un courant mogollon, la culture Fremont, issue de la culture du désert, va apparaître dans l’Utah, au Nord de la frontière des Anasazi ; Elle se développera néanmoins de façon très autonome par rapport à ceux-ci.
On ne lui connaît pas d’héritier durant la période historique. En revanche, les tribus de langue yuman du fleuve Colorado sont sans doute les descendantes de la tradition Patayan( début de l’ère chrétienne) laquelle avait incorporé des éléments à la fois Holhokam et Anasazi.

La plus part des tribus des terres intérieures du Sud-Ouest étaient originaires de cette région ; Ce qui n’était le cas des Navajo ni des Apaches (tout deux de langue athapaskam) dont l’arrivée avait précédé de peu celle des Espagnols.
A l’origine Chasseur cueilleur, nombre d’entre eux avaient appris l’agricultures de leurs voisins Pueblo et adopté ; En ajustant à leur modèles, d’autres traits de la culture du Sud-Ouest.
Ceci ajouté à l’adoption du mouton, introduit par les Espagnols témoigne de l’immense capacité des Navajo à assimiler les éléments étrangers tout en conservant leur identité culturelle propre. La population Navajo est de toutes les populations Nord-amérindiennes actuelles, les plus importantes en nombre.

La sécheresse du climat aidant, beaucoup, d’objet fabriqué à partir de matériaux organiques ont été conservés jusqu’à la période historique.
C’est pourquoi nous en savons davantage sur les Arts et la culture du Sud-Ouest d’avant le contacte avec
Les Européens, que sur ceux de n’importe quelle autre région Nord –américaine.
Le secret qui entoure la religion Pueblo a toutefois limité l'accès des blanc à l’univers de leur art religieux.

Les peuples de la famille Uto-Aztèque du Grand Bassin offrent l’exemple d’une adaptation réussie des modèles de la culture du désert à un environnement peu hospitalier. L’exploitation des maigres ressources du milieu exigeait en effet, une organisation social lâche en accord avec leur mode de vie nomade ; toutes choses qui ne contribueront guère au développement des arts.

La situation des tribus de Californie était plus favorable. Sur la côte en particulier, les pratiques combinées de la pêche, de la cueillette et de la chasse permettaient de subvenir aux besoins d’importante population. Dans l’ensemble, la région se caractérisait par son extrême diversité tant sur le plan linguistique que culturel et par la taille réduite de ses instances sociales et politiques. C’est au sud et au centre, là où se concentraient les missions, que les influence espagnole sera les plus forte.
Au XIX siècle, l’arrivée massive d’émigrants blanc- conséquence de la ruée vers l’or- conduira au génocide indien à travers tout l’Etat.
En 1900, la majorité des sociétés autochtones avaient renoncé à leur mode de vie traditionnel.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: 24/09/2006 02:40:30    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Cercle des ufologues Index du Forum -> Forum en Français -> Les enquêtes ufologiques du Cercle -> Phoenix et les ovni
-> Les indiens de phoenix
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation



Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
MylMatriX theme for phpBB version 2+
Created by SGo
Based on the original subSilver Created by subBlue design