Le Cercle des ufologues Index du Forum

Le Cercle des ufologues
Forum d'études du phénomène ufologique
 
ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion   FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes S’enregistrerS’enregistrer

Thèse du prion pour les mutilations

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Cercle des ufologues Index du Forum -> Forum en Français -> Enquêtes du form sur des mystères inexpliqués -> Mutilations animales
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Plusthon
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 01 Sep 2006
Messages: 1 947
J'accepte La charte: Oui j'ai lu et pris connaissance de la charte, j'e l’accepte et je m’engage à la respécter

MessagePosté le: 13/11/2006 19:14:43    Sujet du message: Thèse du prion pour les mutilations Répondre en citant

Bonjour à tous

Nous allons penser carpedien, penser différemment et voir ou cela nous conduis

1 Cas officiels de mutilation 7/10/1967

et mise ne corrélation avec les risques du prion et de la mise en production de système industriel de type à favoriser le prion

Citation:
C’est dans les années 70 qu’est née, quelque part dans les îles britanniques, l’idée inique de transformer les paisibles bovins, ruminants herbivores par nature, en carnassiers nécrophages !« Pourquoi pas recycler, dans leur alimentation, des résidus d’équarrissage en tant que « farines » animales (antinomie évidente) », se sont dit quelques inconscients non identifiés.


Il faudrait pousser plus loin les investigations dans le milieu industriel pour savoir si d'autre procédé existé avant pour mélanger la viande avec de la farine animale

Citation:
Deux avantages dans cette opération contre nature : les protéines animales dopent la croissance des animaux (veaux plus gros en moins de temps, d’où meilleure rentabilité) et la production de déchets est ainsi temporairement éliminée (moins de nuisances) car ceux-ci sont réincorporés dans la chaîne alimentaire


Nous pourrions aussi déterminer s'il y a eu une augmentation de la production de certain pays ( je pense aux Etats Unis) avant 1967
si c'est le cas il y a de forte chance que la méthode utilisée soit celle là

Citation:
Pendant plusieurs années, un tel processus s’instaura quasiment à l’insu du consommateur qui ne vit pas le prix de la viande baisser, bien au contraire. C’était tout bénéfice pour les acteurs de la filière.


Le prix de la viandes ainsi que le train de vie de la filière pourrait aussi nous aider
(nous pourrions même essayer de voir les personnes qui à l'époque ont soutenu la filière viande ( politiquement et les liens qu'ils pourraient avoir avec certain organisme très officiel)


Citation:
Or, non contents de valoriser les déchets d’équarrissage (notamment les carcasses de moutons morts de « la tremblante » et de vaches contaminées mais non déclarées comme telles – les bovins devenaient de surcroît cannibale !), par mesure d’économie d’énergie, le gouvernement britannique Thatcher autorisa la diminution de la température de chauffage de cette concoction de résidus d’animaux en sorte que la protéine « prion » résista au traitement.


C'est une donnée importante car il y a un paramètre énergétique, donc que nous dit l'histoire énergétique en 73 premiers chocs pétroliers

Bon revenons à notre prion en 1967 au USA il vient d'apparaître

Apparition aux Etats-Unis (Colorado et Wyoming) d'une maladie de dépérissement chronique (ou cachexie chronique appelée "Chronique Waste Disease") chez les ruminants d'élevage (cerfs, daims, élans, watipis, visons,etc..).

Citation:
Cet « agent », qualifié de « protéine infernale », qui provoque des « encéphalopathies spongiformes transmissibles » (BSE pour les bovins), était encore non identifié à cette époque et rien ne laissait supposer qu’il puisse même exister quelque chose de pathogène de ce type. Le cycle de propagation se fit silencieusement jusqu’en 1986Transmission entre espèces ou maladie nouvelle ?


Donc il y aurait une vrai différence entre les moyens de transmission de l’ESB anglaise et US
Le prion serait-il aux USA à l’état sauvage et que des mesures sanitaires soient prises pour surveillier la progression de la maladie ??


Dernière édition par Plusthon le 13/11/2006 19:48:46; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: 13/11/2006 19:14:43    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Plusthon
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 01 Sep 2006
Messages: 1 947
J'accepte La charte: Oui j'ai lu et pris connaissance de la charte, j'e l’accepte et je m’engage à la respécter

MessagePosté le: 13/11/2006 19:40:17    Sujet du message: Les USA et le PRION Répondre en citant

Les USA et le PRION

Le 1 cas reconnu d'ESB aux USA
et en 2003 mais pourquoi pas avant ?

Vache folle, risques limités d'épizootie aux Etats-Unis ?

Citation:
L'apparition de l'ESB sur le territoire américain est peu probable grâce aux mesures prises, affirme une étude de l'université de Havard commandée par le département américain de l'agriculture (USDA).
Même en cas d'apparition de la maladie, celle-ci ne pourrait pas se propager et serait éradiquée au bout de 20 ans, estime Georges Gray, l'auteur de l'étude.
"Nous avons simulé sur ordinateur une série de scénarios, qui vont de l'importation par inadvertance d'une seule vache malade à l'importation de 500 vaches malades.", a-t-il indiqué lors d'une conférence de presse. Et il rajoute,"L'interdiction de nourrir les ruminants avec des farines contenant des protéines de mammifères, établie en 1997, arrêterait toute propagation de l'épizootie".


C'est la position officielle en 2001


Les USA on l'air d'avoir une longueur d'avance sur les Européens

Citation:
Une société américaine, Prion Developmental Laboratories, filiale du groupe biomédical américain Genesis Bioventures, serait en train de négocier la vente d'un test de détection rapide de l'ESB avec un laboratoire européen.
Selon la société américaine, ce test se pratiquerait en abattoir sur un échantillon de tissu cérébral et fournirait des données précises en moins de cinq minutes. Mais, selon D. Grosky, président de Prion Developmental Laboratories, "l'objectif premier demeure le test utilisable sur des humains ou des animaux vivants". Le test devrait, à priori, être évalué en Europe au premier trimestre 2002.


Un test mais les usa et leur test ??

Cela arrivera 1 an plus tard 2002

Bio-Rad, test de détection rapide des ESST animales, autorisé aux Etats-Unis

Citation:
Le test Bio-Rad de Bio-Rad Laboratoires, destiné à la détection de la
"mad cow disease" (MDC) chez le cerf et l'élan d'Amérique du nord a été autorisé par Ministère de l'Agriculture des Etats-Unis. C'est le test de dépistage le plus largement utilisé dans le monde pour détecter l'ESB ou la tremblante ovine.


Citation:
Les Etats-Unis veulent rester un pays indemne de l'ESB

Le nombre de bovins testés aux Etats-Unis s'est élevé à 19 900 bêtes au lieu de 5272 en 2001 a indiqué le 15 janvier le ministère de l'agriculture.
L'USDA souhaite ainsi renforcer la confiance du consommateur envers la viande "made in USA" : "Notre niveau de surveillance dépasse de loin les exigences internationales et s'inclut dans un système de régulation et de conformité qui permet aux Etats-Unis de ne pas être affectés par l'ESB". a précisé Ann Veneman, secrétaire à l'Agriculture.


je rappelle que les usa c'est 100 millions de bovin alors les tests 5272 en 2001 et 20000 en 2002 j'attends 2003 avec impatiente

Vache folle" aux USA, selon Robert Prusiner, "les Etats-Unis testent trop peu d’animaux"

Citation:
La seule raison pour laquelle la maladie de la vache folle n'a pas été découverte aux Etats-Unis, c'est parce que le ministère teste trop peu d'animaux, a expliqué Robert Prusiner, prix Nobel de médecine 1997, dans une interview au New York Times le 25 décembre. Lorsque plus de vaches seront testées, « nous comprendrons l'ampleur du problème », a-t-il déclaré, deux jours après l’annonce de la découverte du premier cas d’ESB sur le sol des Etats-Unis. Environ 20 000 tests post mortem, les seuls actuellement disponibles, sont pratiqués chaque année aux Etats-Unis. L'animal malade, une vache Holstein âgée de 4 ans élevée dans une exploitation laitière de 4 000 têtes dans l'état de Washington (nord-ouest), avait été abattu le 9 décembre. Les Etats-Unis comptent environ 100 millions de tête de bétail et en abattent 35 millions par an. Dès l’annonce du cas d’ESB, les plus grands acheteurs de viande bovine américaine, le Japon et le Mexique, ainsi que d'autres pays sud-américains et asiatiques, ont fermé leurs frontières aux importations de bœuf américain.


Nous voyons une catastrophe annoncée

en 2003 le 1 cas aux états unis c'est officiel et c'est pas fini

Citation:
USA, plan de surveillance de l'ESB renforcé

Les autorités sanitaires américaines vont renforcer leur plan de surveillance de l'encéphalopathie spongiforme bovine pour mieux cerner la réalité de l'ESB sur leur territoire.
Le nombre de tests effectués par an sur des vaches considérées à haut risque devrait considérablement augmenter, environ 268 000 tests seraient prévus.
Aux USA, on considère que le nombre d'animaux à risques s'élèverait à 448 000 cas par an. Ainsi, en tester 268 000 devrait permettre de détecter 99% des cas d'ESB possibles.


Nouveau cas d'ESB aux Etats-Unis

Citation:
Selon un communiqué de John Clifford, vice-directeur du Département de l'Agriculture américain, un nouveau cas suspect de vache folle aurait été détecté. L'animal suspect a été transporté dans un laboratoire de l'USDA en Iowa pour des examens complémentaires post-mortem.
John Clifford a rappelé aussi que les Etats-Unis avaient l'intention de tester 268000 vaches au cours des douze à dix huit mois prochains.


et ce n'est pas tout il y a de quoi avoir peur

Méfiance de l’AFSSA sur les boues d’épandage

Citation:
Le rapport du comité d’expert spécialisé sur les ESST (encéphalopathies spongiformes subaiguës transmissibles) saisi par l’AFSSA (Agence française de sécurité sanitaire des aliments) « attire l’attention sur les risques de présence résiduelle d’infectuosité associée à ces boues » au regard de l’ESB (vache folle). « En effet, sous certaines conditions, ces boues pourraient concentrer l’agent pathogène (prion) ». Ce comité devait notamment évaluer les risques sanitaires pour la santé humaine et animale liés aux rejets issus des établissements (abattoirs, équarrissages) traitant de produits et sous-produits issus de ruminants (notamment les MRS : matériaux à risque spécifique). Tout en rappelant « ne pas disposer de données scientifiques suffisantes pour fournir un avis étayé », « il apparaît néanmoins que l’essentiel du risque (de contamination des sols et de l’eau par le prion résultant des effluents d’abattoirs) serait lié à l’épandage des boues » précise le rapport. Pour Martin Hirsch, directeur de l’AFSSA, le comité d’experts n’a pas mis en avant « un risque nouveau » lié aux usages agricoles des effluents d’abattoirs.


Maladies à prions, selon l'AFSSA, la technique du "délimonage" des intestins d'ovins n'est pas efficace

Citation:
La technique de nettoyage des intestins grêles ovins par grattage appelé aussi "délimonage" est selon l'AFSSA, dans un avis rendu public le 21 novembre, d'une "efficacité limitée" pour éliminer la protéine anormale du prion
"et ne peut donc pas être considérée comme une technique d'élimination de l'infectiosité associée à l'intestin".
L'AFSSA dans cet avis est donc catégorique : les études faites à partir d'intestins (de moutons atteints de tremblante) délimonés et non délimonés, montrent la présence du prion anormal dans les intestins non délimonés mais aussi délimonés.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Plusthon
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 01 Sep 2006
Messages: 1 947
J'accepte La charte: Oui j'ai lu et pris connaissance de la charte, j'e l’accepte et je m’engage à la respécter

MessagePosté le: 13/11/2006 19:48:05    Sujet du message: Thèse du prion pour les mutilations Répondre en citant

J'ai trouvé cela en plus

Citation:
Par ailleurs, pourquoi une variante de l’ESB (à prion) nommée maladie débilitante chronique « Chronic Wasting Disease » (CWD) s’est-elle propagée récemment aux cerfs et wapitis d’élevages de cervidés du Nebraska, du Dakota Sud, du Montana et de l’Oklahoma et en Saskatchewan, au Canada (un seul cas d’ESB recensé au Canada sur une vache originaire d’Angleterre, en 1993) et plus récemment encore aux cervidés sauvages du Colorado et du Wyoming? Bien que présente déjà en 1967 au Colorado, la multiplication récente des cas de CWD n’est-elle pas due au fait que les cerfs d’élevage sont nourris avec des farines d’origine bovine. Une telle transmission entre espèces différentes a été mise en évidence dans les zoos britanniques où les cervidés sont « devenus fous » suite à leur nourrissage aux farines contaminées par l’agent de l’ESB. Alors pourquoi pas de vache folle aux Etats Unis ?

En 1997-98 trois cas de maladie de C-J ont été diagnostiqués en Géorgie chez de jeunes chasseurs ! Il est vrai que les wapitis tués par les chasseurs sont, la plupart, des animaux d’élevages remis dans leur milieu naturel.
Par ailleurs, des travaux de l’Université du Wisconsin, à Madison, ont clairement montré que des farines utilisées en Amérique pour nourrir les visons contenaient des prions de vaches folles puisque la maladie s’est transmise aux visons d’élevage par ce biais (Journal of Comparative Pathology, Volume 113, 1995).
Bref tout cela relève du miracle que les Etats Unis soient épargnés par la maladie de la vache folle. De l’intoxication psychologique (on parle beaucoup de « cover up » Outre Atlantique) ou d’un manque d’intérêt, « de zèle », écrit S & V. Jamais une seule vache couchée n’a été « testée » quant à la possibilité qu’elle soit atteinte de l’ESB.
L’affaire des 376 moutons belges strictement nourris à l’herbe, abattus en Washington, suite à des signes de prion « d’origine étrangère » détectés chez 7 d’entre eux n’a convaincu personne.

Michel Granger, écrivain et scientifique, 2002. Auteur de nombreux ouvrages, dont Le Grand Carnage, 1986, et Mutilations de Bétail, Ed. JMG 2003.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Plusthon
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 01 Sep 2006
Messages: 1 947
J'accepte La charte: Oui j'ai lu et pris connaissance de la charte, j'e l’accepte et je m’engage à la respécter

MessagePosté le: 13/11/2006 21:03:05    Sujet du message: Thèse du prion pour les mutilations Répondre en citant



Contaminants certain
Les matériels à risque spécifiés (MRS) des bovins interdits d'utilisation dans l'alimentation humaine et animale

Contaminant possibles
Les matériels à risque spécifiés (MRS) des bovins interdits d'utilisation dans l'alimentation humaine et animale

L'iléon :L'intestin grêle, surtout dans sa portion terminale "iléon", porte d'entrée la plus probable du prion ESB, serait l'organe de choix. quel que soit l'âge.

Du duodénum au rectum, y compris le mésentère, des bovins quel que soit l'âge.

Le sang :L'ESB se transmettrait de façon invisible et par le sang "à voir"

CERVELLE ET YEUX:Le crâne, à l'exclusion de la mandibule, y compris la cervelle et les yeux, des bovins âgés de plus de 12 mois.

COLONNE VERTEBRALE
Y compris les ganglions rachidiens, mais à l'exclusion des vertèbres caudales, des apophyses épineuses et transverses des vertèbres cervicales, thoraciques et lombaires et de la crête sacrée médiane et des ailes du sacrum :bovins âgés de plus de 24 mois
(Dérogation permettant la sortie de l'abattoir en vue du retrait dans les ateliers de découpe agréés ou dans les boucheries autorisées).

AMYGDALES:bovins quel que soit l'âge.

MOELLE EPINIERE:Bovins âgés de plus de 12 mois.


Citation:
Pourquoi prendre en compte l'âge des animaux pour certains tissus ?


Certains tissus sont considérés comme MRS chez les ruminants âgés de plus d'un an. C'est par exemple le cas de la cervelle et de la moelle épinière des bovins.
Les chercheurs ont observé que tous les organes ou tissus ne sont pas infectieux au même stade de développement de la maladie chez un bovin en phase préclinique d'ESB.
Certains tissus, de nature lymphoïde, révèlent une infectiosité relativement précoce, à partir de la seconde moitié de la phase d'incubation (la rate par exemple), et doivent donc être systématiquement retirés de la consommation.
D'autres tissus ne deviennent infectieux que peu de temps avant la phase clinique, c'est à dire lorsque l'animal présente des symptômes : c'est le cas du système nerveux central (cervelle et moelle épinière).
Comme la maladie est d'incubation longue chez les bovins, ces tissus ne présentent pas de risque lorsqu'ils proviennent d'animaux âgés de moins d'un an.



Pour la langue il semble que ce n'est pas contagieux donc c'est un point qui ne colle pas avec les mutilations

mais il a la maladie de la langue bleue
Le vecteur de la maladie de la langue bleue identifié
en France
pour en savoir plus

de même pour l'esb et le prélévement de peau Bovin c'est négatif
Ce texte nous apprend qu'on n'a jamais trouvé d'agent ESB dans la peau bovine

Mais il y a un point qui soulève mon attention c'est comment détecter la maladie :

Citation:
Une vache atteinte d'ESB présente un ensemble de symptômes caractéristiques, dont l'évolution est sournoise. L'animal maigrit progressive-ment et, avec la perte d'appétit, la production laitière chute. La maladie se distingue par des troubles du comportement, de la sensibilité et du mouvement, donc de la capacité de percevoir des stimulations sensorielles.



Citation:
Parfois, les animaux ont des difficultés à avancer les antérieurs ou les posté-rieurs. Les antérieurs sont alors levés exagérément, à la manière d'un trotteur. Pour commencer, il arrive que les pertes d‘équilibre ne se remarquent que lors de changements de direction, par exemple au retournement: la vache ploie ou présente une légère perte d'équilibre.


Citation:
Par la suite, les symptômes sont plus marqués. La vache chancelle, surtout avec l'arrière-train, et les pertes d'équilibre s'accentuent. Dans les cas plus avancés, l'animal tombe. Au stade final, la vache a de la peine à se lever (ill. 5)et finit par rester couchée.


Citation:
Troubles de la sensibilité Lorsqu'un animal souffre de troubles de la sensibilité, les stimulations sensorielles venant de l'extérieur sont mal perçues et les réponses sont exagérées. Chez la vache atteinte d'ESB, les perturbations sensorielles vont dans le sens d'une hypersensibilité au toucher, au bruit et à la lumière. La plupart du temps, les animaux ne sont pas simultanément hypersensibles aux trois types de stimulations, du moins pas avec la même intensité. Ainsi, une vache peut, par exemple, être hypersensible au toucher, mais ne pas réagir, ou faible-ment réagir à la lumière et au bruit.


Citation:
L'hypersensibilité la plus fréquente concerne le toucher, puis viennent le bruit et la lumière.


Citation:
La vache s'oppose à un tel point à des manipulations de la tête ou du cou qu'il est parfois difficile, ou même impossible de lui passer un licol, de la tenir par le nez, ou de lui examiner la cavité buccale.


Citation:
L'hypersensibilité au bruit est égale-ment un autre signe typique. Elle se manifeste par un tressaillement de peur lorsqu'on fait du bruit, par exemple en tapant des mains. Une partie des animaux atteints d'ESB présentent aussi une hyper-sensibilité à la lumière.


Citation:
Si on allume brusquement la lumière, ceux-cireculent précipitamment dans un endroit sombre. Ce genre de réaction peut également être provoqué par l'éclair d'un flash photographique.


Citation:
Le lait de l'animal suspect doit immédiate-ment être retiré du commerce.


Source :pdf

Et là nous avons les zones des mutilations peuvent être des moyens de détection sensorielle pour détecter les ESB

Imaginons un repérage par comportement et stimulation, une ablation ou un test des zones réceptives puis un prélèvement des organes très contagieux

C'est une hypothèse qui doit encore faire son chemin
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Plusthon
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 01 Sep 2006
Messages: 1 947
J'accepte La charte: Oui j'ai lu et pris connaissance de la charte, j'e l’accepte et je m’engage à la respécter

MessagePosté le: 14/11/2006 00:51:24    Sujet du message: Thèse du prion pour les mutilations Répondre en citant

USDA Mobile Lab Helps Contain Exotic Pests



« Cette unité mobile permettra le service agricole des recherches de l'USDA (ARS) et le service d'inspection sanitaire d'animal et d'usine (APHIS) pour continuer des efforts coopératifs de protéger l'agriculture américaine contre une variété de parasites et de maladies, » a indiqué l'administrateur Edouard B. Knipling d'ARS. « C'est un autre exemple de l'association forte entre les deux agences, qui ont partnered précédemment dans les efforts de commander des fourmis du feu, de détecter l'encéphalopathie spongiforme de bovin, et de supprimer des screwworms et des mouches à fruit. »

source http://www.sciencedaily.com/releases/2005/03/050325180456.htm
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Plusthon
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 01 Sep 2006
Messages: 1 947
J'accepte La charte: Oui j'ai lu et pris connaissance de la charte, j'e l’accepte et je m’engage à la respécter

MessagePosté le: 14/11/2006 01:00:22    Sujet du message: Thèse du prion pour les mutilations Répondre en citant

Citation:
Laboratoire mobile pour combattre le bioterrorism, les maladies de bétail
Les chercheurs de NDSU ont dévoilé un laboratoire mobile pour combattre le bioterrorism et les maladies naturelles dans le bétail.

Laboratoire mobile pour combattre le bioterrorism, les maladies de bétail

Il crée des images d'une équipe blanc-enduite de COUP de scientifiques.

Les chercheurs de NDSU ont dévoilé un laboratoire mobile pour combattre le bioterrorism et les maladies naturelles dans le bétail. Le véhicule adapté aux besoins du client de cinquième-roue est conçu pour obtenir une équipe d'experts à n'importe où dans le Dakota du Nord où une manifestation menace des bétail ou des moutons, et pour les obtenir à la scène aussi rapides comme possible.

L'effort fait partie de la « initiative fédéralement placée de Biosurveillance, » une collaboration entre NDSU, université de l'Etat de Dickinson et centres de prolongation de recherches chez Dickinson et Hettinger. Le laboratoire également sera employé par une association avec le département du Dakota du Nord de la santé et du vétérinaire d'état.

« Par certains côtés il est comme un camion du feu "pompier". Quand un feu se produit, vous êtes vraiment heureux il est là pour employer, et c'est vrai avec ce laboratoire, » a dit le citoyen d'honneur de Doug, le professeur et le chef de service des sciences vétérinaires et microbiologiques et l'investigateur principal pour le projet. « Plus vous pouvez identifier ce que vous traitez et mettez une stratégie de retenue en place rapidement, moins la perte que vous allez éprouver. C'est le résultat inférieur. »

La conception spéciale du véhicule inclut un laboratoire avec des compteurs d'acier inoxydable, l'espace pour l'équipement de laboratoire et un système électrique pour soutenir des ordinateurs, des centrifugeuses, des microscopes, un réfrigérateur et un congélateur-tout les chercheurs animaux doit protéger les approvisionnements alimentaires. Il y a de futurs plans pour le système de positionnement global et l'équipement de communication par satellite qui obtiendraient des données et des images des échantillons au laboratoire diagnostique vétérinaire de NDSU presque immédiatement.

Le laboratoire a l'espace pour transporter de à quatre roues motrices, véhicule tout-terrain pour vivre en troupe vers le haut des animaux en question. Il y a même un treuil et un descendeur portatif et hydraulique de compression pour manipuler le bétail.

« C'est quelque chose qui peut être immédiatement retiré quand il y a cause pour l'alarme, » Tim expliqué Sellnow, professeur de communication et le spécialiste en communication de crise pour le projet. « Ce laboratoire peut disparaître partout où il y a eu une certaine sorte d'une manifestation, si elle est intentionnelle ou accidentelle.

« Nous pouvons répondre à une situation de secours, la contenir, l'examiner et obtenir l'information aux personnes concernées presque immédiatement, » Sellnow dit, notant que le projet peut servir de prototype à d'autres états. « Ceci aide nous met dans le Dakota du Nord au rang de la technologie de évolution dans le bioterrorism combattant. »

Le service sera employé pour plus que la réponse de secours. Il également sera utile dans la recherche de champ de conduite, enseignement et dépassera dedans des efforts soutenant des producteurs d'état.

Kris Ringwall, directeur de centre de prolongation de recherches de Dickinson et scientifique d'animal, était en grande partie responsable de la conception de véhicule. « Le laboratoire mobile remplit un des nombreux défis que nous relevons. Nous devons apporter la technologie au champ, » il a dit du véhicule autoalimenté. « Il apporte l'eau et la capacité de maintenir des choses propres. Nous pouvons courir la notre électronique, ordinateurs et centrifugeuses. Nous les avons maintenant à nos bouts du doigt, au lieu de devoir conduire deux ou trois heures et temps perdant. Nous avons de ce que nous avons besoin pour obtenir les réponses. C'est vraiment un bras du laboratoire diagnostique. »

Plus de les $60.000 pour le véhicule fait partie des $1.25 millions de relations fédérales Grant, qui ont reçu l'appui fort de la sonde. Byron Dorgan. « Le sénateur a été un visionnaire en nous aidant assurent notre sécurité agricole, » citoyen d'honneur dit. « Il a soutenu cette initiative offrante tout l'éventail de produits qui nous permet de faire un meilleur travail protégeant notre industrie agricole et les approvisionnements alimentaires dans le Dakota du Nord, et pour participer à ces processus à un niveau national. »

Selon le citoyen d'honneur, le laboratoire prévoit une autre occasion passionnante aussi bien. L'équipe de NDSU envisage qu'elle sera employée dans la partie du Dakota du Nord du programme animal national d'identification. Des étiquettes d'oreille contenant des morceaux d'identification de radiofréquence seraient coupées à chaque animal pour les dépister. Cet effort viendra en même temps que le centre de NDSU pour la Science de Nanoscale et la technologie, le département de NDSU d'Electrical et Computer Engineering et Alien Technology Corp., la colline de Morgan, Californie.

« Le projet nous aide à être préparés répondre à une manifestation de la maladie, et nous avons eu des manifestations d'anthrax ici avant, » citoyen d'honneur dit. « Il est fantastique pour avoir un service qui peut sortir aux producteurs' ranchs et les aider à traiter des questions sur place. »

12/15/04


Source: http://www.ndsu.edu/university_relations/news/wmview.php?ArtID=1669
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Kalinoux
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 01 Sep 2006
Messages: 1 361
Localisation: Nantes
J'accepte La charte: Oui j'ai lu et pris connaissance de la charte, j'e l’accepte et je m’engage à la respécter

MessagePosté le: 16/11/2006 08:13:04    Sujet du message: Thèse du prion pour les mutilations Répondre en citant

Respect Respect Respect Respect Respect

Chapeau pour toute cette recherche.

Je ne sais pas si cela apportera quelque chose de plus à ton moulin mais

http://www.aphis.usda.gov/lpa/issues/bse/bsesum.pdf

permet de télécharger un fichier



Bonne journée à tous,

Kalinoux
_________________
RGB - Serenity is not freedom from the storm but peace within the storm (Native American Proverb)
Revenir en haut
Plusthon
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 01 Sep 2006
Messages: 1 947
J'accepte La charte: Oui j'ai lu et pris connaissance de la charte, j'e l’accepte et je m’engage à la respécter

MessagePosté le: 16/11/2006 15:14:04    Sujet du message: Thèse du prion pour les mutilations Répondre en citant

Re : kalinoux j'ai récuppéré la traduction que tu avais fait

*********************************************************
Les mutilations d’animaux

-----------------------------------------------------------------

« 10 Mars 1997 – 10H du matin dans un ranch de l’Utah : deux fermiers, dans une pâture, vaquaient au marquage des veaux nés la veille. Le temps était clair et lumineux, les températures atteignaient les cinquante degrés.

Une fois le marquage de ce premier animal terminé, ils s’éloignèrent d’environ deux cent cinquante mètres vers l’ouest pour marquer et peser un autre animal né récemment. Les deux fermiers étaient, pendant tout ce temps, suivis par leur chien.
Trois quarts d’heure plus tard, alors que les fermiers étaient toujours dans le pré, le chien se mit soudainement à grogner et à courber le dos. Et tout d’un coup, comme si quelque chose l’avait terrorisé, le chien s’enfuit à travers les champs, dans la direction opposée à celle dans laquelle il regardait. Il ne réapparut jamais.

Aussitôt après la disparition de leur chien, en se retournant vers l’enclos dans lequel ils avaient précédemment marqué un veau, le fermier et sa femme aperçurent une des vaches adultes, très nerveuse et qui, sans son énervement se heurtait contre la clôture. Tous les deux retournèrent sur les lieux pour comprendre ce qui se passait. Les fermiers découvrirent le veau qu’ils venaient de marquer gisant complètement éviscéré dans le pré, proche de l’endroit où ils l’avaient marqué quarante cinq minutes plus tôt.

Donc, dans un intervalle de temps de 45 minutes, en plein jour, dans un endroit visible à moins de cent mètres, les fermiers présents sur les lieux à une distance d’environ deux cent cinquante mètres, « on » a réussi à prélever la plus grande partie du corps du veau et « on » l’a laissé sur le sol sans aucune trace de sang sur où près de l’animal. »

Ce récit est typique du phénomène de mutilations d’animaux, phénomène qui a commencé à attirer l’attention des médias vers la fin des années 1960. Bien que les recherches et les enquêtes menées sur les mutilations d’animaux aient été noyées dans un marasme de spéculations diverses, de fausses déclarations ou encore de méthodes non scientifiques, il existe un nombre considérable de preuves que le phénomène existe bel et bien.

Les deux questions majeures restées sans réponse jusqu’à ce jour sont « qui ? » et « pourquoi ? » Le NIDS (National Institut for Discovery of Science ) a mené une enquête sur plusieurs années et a publié un article recensant les conclusions auxquelles les chercheurs de cet institut ont abouti et qui permettent de répondre en partie à la seconde question.

[g]Le phénomène de mutilations d’animaux observé depuis la fin des années soixante a un lien avec la propagation d’un agent infectieux qui s’étend à travers tout le bétail américain[/g]

Les chercheurs ont mis en évidence une corrélation entre les zones géographiques où on observait le phénomène de mutilation avec celles où on observait une propagation de la maladie de TSE .

Après avoir été le point de départ des mutilations d’animaux, le nord-est du Colorado a été celui de cette maladie. Mais, des enquêtes récemment menées au Colorado, Wyoming et Nebraska ont montré qu’un pourcentage élevé des cerfs sauvages était également atteint. En février 2003, de nouveaux cas ont été enregistrés au Kansas, dans l’Utah, Montana, Nouveau Mexique, Oklahoma, Sud Dakota, Wisconsin et Saskatchewan et Alberta au Canada. Toutes ces zones, où on enregistre la propagation de la maladie de TSE ont été par le passé ou sont encore aujourd’hui des zones ou de nombreux cas de mutilations d’animaux ont été enregistrés.

[g]Des instruments tranchants sont utilisés durant les mutilations[/g]
A l’issue de nombreuses analyses menées en parallèle dans différents laboratoires pour une plus grande objectivité, le rapport du NIDS contredit le fameux rapport Rommel, écrit en 1980 par l’officier du FBI en retraite Ken Rommel. Celui-ci avait pour but de montrer que les mutilations étaient réalisées par de simples prédateurs, contredisant tous les témoignages que pouvaient apporter les fermiers et les représentants de la loi locaux. Certes, lorsqu’une carcasse gît sur le sol, certains animaux peuvent être attaqués par des prédateurs, mais cela n’explique qu’une infime partie du phénomène.

[g]Les experts en faune animale ont relevé des similitudes entre les caractéristiques des mutilations d’animaux et les techniques d’échantillonnage de la faune. [/g]

Le rapport relève entre autres :
(a) L’utilisation d’hélicoptères : des dizaines de récits de mutilation d’animaux mentionnent la présence d’hélicoptères de couleur noire ou alors sans aucun marquage. Dans la faune, la chasse la plus fructueuse après les animaux en liberté est réalisée à partir d’hélicoptères, soit durant le jour ou pendant la nuit avec des véhicules équipé de projecteurs.

Arrow Plusthon Je pense que 15% des cas au minimum d'apparition d'ufo de nuit sont des hélicoptères , qui ont pour bute de marquer les bêtes soit on pour objectif de détourner l'attention ( pour faire croire à la thèse UFO )

(b) La présence de tranquillisants et sédatifs : ils sont utilisés de manière routinière pour immobiliser la faune en préalable à des prélèvements de tissus. Bien qu’elles ne soient pas définitives, les enquêtes du NIDS ont mis en évidence la présence d’oxindole sur les animaux mutilés. Ce produit, à des taux élevés, est un sédatif extrêmement efficace chez certains animaux et les hommes, entraînant une diminution de la pression sanguine, une perte de tonus des muscles et une perte de conscience. La présence de composants sédatifs a également été constatée sur des animaux mutilés en Argentine.
Arrow Plusthon Là le NIDS ne dit pas tout je reviendrais plus tard dessus

Le NIDS poursuit son rapport en donnant des informations détaillées sur les maladies à prions et en suggérant que les organes préférentiellement prélevés au cours des mutilations puissent en contenir à des taux élevés. Mais le NIDS s’interroge également sur les conséquences de l’expansion de cette maladie à travers le bétail et donc la chaîne alimentaire d’Amérique.
Arrow Plusthon Il est totalement anormal que le NIDS, FBI , CIA, USDA etc.. ne s'inquiète pas du traitement et du prélèvement d'organes hautement contagieux (pour la sécurité alimentaire), ainsi que le non-prélèvement de la moelle épinière, le trairtement des carcasses après etc ...

Le rapport cite, Adriano Aguzzi, un expert des maladies à prions qui s’est exprimé lors de la conférence de médecine de La Jolla en mars 2002, en lançant un avertissement sur le danger que pouvait représenter une sous-estimation de la maladie de TSE à travers les Etats-Unis : « l’expansion de la maladie à travers la faune sauvage est extrêmement rapide et semble avoir atteint un niveau qui dépasse le pic enregistré en Angleterre par la maladie de l’ESB. Les chercheurs font un effort considérable face à cette maladie mais il est temps que les européens réfléchissent à ce problème et mettent en place une surveillance de la maladie de TSE à travers l’Europe. »


[g]Conclusion [/g]
Si l’hypothèse formulée est correcte, les opérations de mutilations d’animaux seraient menées par un groupe qui serait conscient du risque potentiel de contamination par les maladies à prion et de leur inévitable expansion à travers le bétail.
Arrow Plusthon Je suis d'accord, mais je pense que le groupe cherche à cacher une autre vérité , il est couver par certain manque de données dans les rapports

L’identité des acteurs reste à ce jour inconnue. Depuis longtemps, on accuse les services gouvernementaux de perpétrer ces actes dans le cadre d’études des radiations. Mais le NIDS rétorque que si le gouvernement voulait faire de telles enquêtes à grande échelle, il lui serait aisé de se procurer discrètement des carcasses dans les abattoirs. Selon les chercheurs du NIDS, cette piste doit donc être écartée.

Il faut cependant noter que les acteurs de ces actes doivent disposer :
- de connaissances poussées sur les recherches dans le domaine des infections sur les prions
- d’un haut niveau en pathologie vétérinaire, leur permettant, en des temps records, des interventions chirurgicales sur les animaux sans laisser aucune trace de sang autour de l’animal
- d’un haut niveau technologique leur permettant de réaliser ces crimes sans laisser de traces de véhicule ou de transport de l’animal
Malgré les avancées apparentes du NIDS, le mystère des mutilations reste entier et depuis l’apparition du phénomène dans la fin des années soixante, personne n’a encore à ce jour été déféré devant la justice pour répondre de ces crimes.

[g]Alors pourquoi abandonner le corps ?[/g]
Aucune réponse définitive n’a été apportée à cette question mais des chercheurs comme Vallée ou Smith ont émis l’hypothèse que l’abandon de la carcasse représentait un message délibéré. Ils pensent que les auteurs veulent choquer la population dans le but d’attirer l’attention sur le fait que la chaîne alimentaire est contaminée.
Arrow Plusthon Je ne partage pas cet avis, je pense que c'est plus dans le mode opératoire et dans l'urgence et de fait il en tire un avantage, une couverture les UFO et le ET

[g]En résumé, le phénomène serait à la fois une opération d’échantillonnage pour étudier la propagation de la maladie de TSE à travers le bétail ET un message d’alerte, en direction de la population, sur la contamination de la chaîne alimentaire.[/g]

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Article original :
Unexplained Cattle Deaths and the Emergence of a Transmissible Spongiform Encephalopathy (TSE) Epidemic in North America
National Institute for Discovery Science
4975 South Polaris Ave.
Las Vegas, NV 89118
http://216.128.67.116/pdf/cattledeaths_tse_epidemic.pdf
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 23/08/2017 10:06:47    Sujet du message: Thèse du prion pour les mutilations

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Cercle des ufologues Index du Forum -> Forum en Français -> Enquêtes du form sur des mystères inexpliqués -> Mutilations animales
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation



Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
MylMatriX theme for phpBB version 2+
Created by SGo
Based on the original subSilver Created by subBlue design