Le Cercle des ufologues Index du Forum

Le Cercle des ufologues
Forum d'études du phénomène ufologique
 
ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion   FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes S’enregistrerS’enregistrer

Notion de temps dans la physique quantique

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Cercle des ufologues Index du Forum -> Forum en Français -> Science -> Physique
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Plusthon
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 01 Sep 2006
Messages: 1 947
J'accepte La charte: Oui j'ai lu et pris connaissance de la charte, j'e l’accepte et je m’engage à la respécter

MessagePosté le: 31/10/2006 13:12:30    Sujet du message: Notion de temps dans la physique quantique Répondre en citant

Des Jumeaux très particulaires

Que se passe-t-il quand on essaie de séparer de particules atomiques issues d'une même source
rien, répond en substance la physique quantique continueront à communiquer entraide à l'infini.
Cette réponses scandalisée Einstein qui voyait la de la télépathie pure et simple.
En 1983, après 50 ans de controverse, le physicien Alain Aspect a démontré expéritalement que ces particules étaient pourtant inséparables. Une expérience qui n'a pas fini de compléter la science…
Alain Aspect

[quote]Pour mettre à l’épreuve les principes de la physique quantique, Albert Einstein, Boris Podolsky et Nathan Rosen proposent en 1935 une expérience de pensée (dite « EPR », d’après les initiales des auteurs). L’argument est le suivant : les lois de la mécanique quantique permettent la formation de paires de particules « intriquées », ayant interagi dans le passé puis s’étant éloignées l’une de l’autre, et pour lesquelles la mesure des propriétés de l’une permet de connaître instantanément les propriétés de l’autre, quelle que soit la distance qui les sépare. Lorsqu’on effectue une mesure sur l’une des particules intriquées, tout se passe comme si sa jumelle le sentait immédiatement et adoptait un état physique correspondant à celui trouvé pour sa partenaire. [ /quote]

Citation:
On ne peut se les représenter
comme deux systèmes distincts portant deux copies identiques d’un ensemble de paramètres déterminant la totalité des propriétés physiques ; il faut admettre qu’il s’agit d’un système unique, « inséparable », décrit par un état quantique global.

source ici



L'affrontement entre quanta et relativités

Le paradoxe D’Einstein-Podolsky-Rosen

imaginons tout le monde dispositif suivant :
une lampe éclaire un écran percé d'un petit trou au-delà duquel on a placé une plaque photographique ; la lumière émise par la lampe traverse donc le trou pour aller impressionner la plaque.
C'est la, apparemment, une expérience sans mystère.
Toutefois, et les choses en que s'il se compliquait peu à peu, il est loisible de supposer si faible intensité de la lampe que l'avenir n'en sont émises que le grain par grain, à la manière dont les bases seraient tirées d'une mitrailleuse à faible cadence.
Ces grains de lumière ne sont nullement une vue de l'esprit : Einstein lui même, en 1907 avons montré la nécessaire existence de ces photons ou quanta d’énérgie lumineuse.

Considérons donc un photons émis par la lampe. Il atteind le trou, le travers et sans va noircir un grain précis de la plaque, à l'exclusion de tout autre, ce qui, nous allons le voir, revêt en dépit de sa banalité une importance capitale.

À la fois partout et nulle part

Ce photon « gagnant » est porté par une longue sphèrique qui l'amène au contact de la plaque .
Le sens commun pensera volontiers que tout est joué à la sortie du trou, que le tirage, en désignant ce photon,lui a du même coup attribué sa cible , son grain d'émulsion, bref qu'on est ramené enfin au cas d'une balle de fusil.

Malheureusement il n'en est rien : sur le l’onde sphèrique qui l’emporte vers la plaque, ce « gagnant » est derechef n'importe où, avec seulement une certaine probité de présence à chaque instant et en chaque point de cette onde .

Aussi bien est-ce un second tirage au sort qui a l'arrivée sur la plaque cette fois, désigne maintenant le grain « gagnant » c'est-à-dire noirci de par la présence du photon.

Nous avons dit, pour le sens commun, malheureusement, c'est que justement ici qu'intervient Einstein pour bouleverser, non seulement ce sens commun, mais encore toute la physique.

Soyons alors très attentifs à son argument. Étant donné la forme convenue de la plaque qui épouse celle de l’onde , tous les points de celle-ci parviennent simultanément au contact d'un chaque point touchant propre grain en même temps que les autres.
Or, c'est précisément à ce même moment, qu’à lieu le second tirage, désignant le point de l’onde portant à ce moment le photon est, par suite, le grain d'émulsion « gagnant »

Mais alors demande Einstein , comment les autres grains « savent-ils » qu’ils ont perdu ?
puisque tous les points de l'onde sont parvenus simultanément au contact de la plaque et que c'est à ce moment même que tout s’est joué , il faudrait que les grains « Perdants » eussent tous appris leur déconfiture en même temps qu'était désigné « le gagnant ».
Mais en vertu une loi relativiste tout aussi vérifiée que les lois quantiques, aucune information ne peut se propager plus vite que la lumière.
Donc, en l'occurrence, le grain d'émulsion « gagnant » ne peut un instantanément faire « savoir » aux autres qu'ils ont perdus.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: 31/10/2006 13:12:30    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Plusthon
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 01 Sep 2006
Messages: 1 947
J'accepte La charte: Oui j'ai lu et pris connaissance de la charte, j'e l’accepte et je m’engage à la respécter

MessagePosté le: 31/10/2006 16:40:28    Sujet du message: Notion de temps dans la physique quantique Répondre en citant

vides communicants

Pourrons faire une idée quelque peu intuitive de cette situation pour le moins baroque, imaginons une centaine de boîtes identiques alignées devant vous, nous savons qu'une seule, n'importe laquelle, contienne boule, les autres étant vides.
Normalement nous dirons que, dès avant l'ouverture des boîtes, la boule, d'ores et déjà, se trouve dans une d’elles que, par tirage au sort, nous avons une certaine chance de trouver et une autre chance de ne pas trouver.
Mais les Quanta nous imposent le contraire une singulière règle du jeu : nous disposons d'une centaine de petits papiers portants chacun numéro d'une boîte, nous les mais l'on, puis en tirant au hasard et c’est obligatoirement la boîte ainsi sélectionnée qui contient la boule, les autres étant nécessairement vite.

Il est certes inhabituel, pour le moins, que le sort provoque ainsi ce qui advient, qu’à tous les coups l’on gagne. Au moins mais pouvons-nous aucune gêne à soutenir que le tirage a forcément désigné aussi des boîtes perdantes.

C’est alors qu’Einstein, en vertu du principe tout aussi contraignant que la règle précédente, vient troubler notre belle assurance :
La boule, installé dans sa boîte au moment précis tirage, n'a pu aucun moyen d'apprendre en d'autres boîtes qu'elle devait être vides à ce même moment. Et pourtant elles le sont.

Pour résumer la situation, d'un fait parfaitement avérée :
le photon noirci un grain et pas les autres(la boule dans une boîte est pas dans les autres), la théorie quantique, en vertu des lois incontournables, fournit, non unification, mais l'explication, à laquelle, en vertu d'un principe tout aussi incontournable, la théorie relativiste oppose un veto formel : il est impossible au Grand Nord si de faire savoir aux autres qui ne doivent pas être (à la boîte contenant la boule de faire savoir aux hôtes doivent être vide).
Ainsi, en présentant ses, et non d'une hypothèse plus ou moins aventureuse, de théorie aussi établie, assurer, vérifier l'une que l'autre, qui ont toutes deux raisons, entre en contradiction : tel est le paradoxe

attention à ne pas se tromper sur le mot paradoxe


je continue plus tard
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Plusthon
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 01 Sep 2006
Messages: 1 947
J'accepte La charte: Oui j'ai lu et pris connaissance de la charte, j'e l’accepte et je m’engage à la respécter

MessagePosté le: 13/11/2006 16:32:58    Sujet du message: Notion de temps dans la physique quantique Répondre en citant

DEs Jumeaux très Particulaires (EPK)

depuis 1935 le nom de paradoxe d’Eistein-Podolsky-Rosen. (EPK)
Considérons cette fois de photons émis par une même source dans deux directions différentes de telle façon qu'ils soient corrélés, c'est-à-dire en quelque sorte jumeaux est astreint, comme telle, par les lois quantiques à se comporter toujours, et au même moment, en accord l'un avec l'autre, par exemple à tourner ensemble dans le même sens.

Si, dans ces conditions, lancer arbitrairement au hasard, tourner l'un d'un certain angle un moment après l'émission, l'autre, qui se trouve alors à une énorme distance de son frère tournent simultanément du même angle. Une fois de plus comment, de l'un à l'autre l'information s'était transmise ?

Au nom alors au tirage au sort. On pourrait comparer tout à l'heure très grossièrement l'évolution des choses entre trop et plaque enroulement sur une table hors de son cornée, d'un dé à jouer s'arrêtant finalement sur une marque donnée, le six par exemple.

Tandis qu'il roulait encore(que l'onde était encore trou et plaque), la face « six » de ce délai se trouvait n'importe où dans l'espace(le photon se trouvait n'importe où sur l'onde), de façon que le sort n'en été effectivement jeté qu'au moment même où le six étés marqués(ou le photon heurtait la plaque).

Le six désignait un gagnant parmi les joueurs (un grain étant désigné sur la plaque), le problème était alors de savoir comment les autres joueurs pouvaient être instantanément informés de leurs pertes(comment les autres grains pouvaient instamment recevoir l'ordre de ne pas noircir). Dans le cas présent l'image et d'Olivier Costa de Beauregard, de dérouler d'un même cornée (de photons sont émis par une source), et si l'un s'arrête en marquant le six(si l'un des photons tourne d'un certain angle).

S'il avait démarqué l’as, l'autre marquerait simultanément l’as , et de même pour n'importe quelle autre face. Comment donc second dé « sait-il » qu'elle fasse et doit marquer au moment même où le sort désigne laquelle doit marquer le premier ?

Du moins dans son principe, le test expirant à la s'impose alors de lui-même : s'il se confirme que les deux des, conforme aux prévisions quantiques, marquent toujours simultanément le même point, ce sont évidemment les quantistes qui l’emportent, et tout recours à des
« variables cachées » devient dès lors superflu ; dans le cas contraire, c'est au relativiste que revient la palme tendit que, du même coup, la théorie quantique de monde complément.

Bien entendu, si les photons se comportaient aussi honnêtement que des dés, le passage à l'action serait des plus simples : on percevrait le comportement de cela aussi facilement que l'on voit les points marqués par celui-ci. Malheureusement, il n'en est pas ainsi, loin de la, de sorte que fut longtemps défaut aux tests pourraient mise en oeuvre, un critère propre à les dépouiller, c'est-à-dire à départager irréfutablement les camps en présence par une mise en lumière absolue incontestable du résultat quel qu'il en soit.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Plusthon
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 01 Sep 2006
Messages: 1 947
J'accepte La charte: Oui j'ai lu et pris connaissance de la charte, j'e l’accepte et je m’engage à la respécter

MessagePosté le: 13/11/2006 16:36:22    Sujet du message: Notion de temps dans la physique quantique Répondre en citant

Les variables Cachées de Bell

C'est un physicien irlandais, Jhon S.Bell , que revient le mérite d'avoir forgé les critères adéquates. Fort intrigué par le paradoxed’Einstein-podolysky-Rosen est fasciné, selon ses propres termes par le problème des variables cachées, il parvint en effet en 1964 après de longs rechercher finalement par un simple raisonnement de théorie des ensembles, a démontré des inégalités qui, depuis, porte son nom.

Or il s'avère que, dans des conditions espérant à donner, il est quant à violent les inégalités de Bell là ou la relativité ysatisfait.

Le critère va dès lors de soit : selon le texte violent ou non ces inégalités, c'est dans la relativité ou les quanta que quelque chose « ne colle pas ».
Toujours dans son principe, le débat, désormais, pourrait aisém
ent se trancher.
Ce serait cependant sans compter avec les multiples difficultés proprement techniques surgissant de la mise au point atteste aussi délicat.

Aussi depuis 1970, les physiciens du monde entier ont-ils pas ménagé leur peine pour mener rigoureusement à bien une entreprise aussi cruciale.

En France, les expérience très sophistiqué et conduite à Orsay, depuis 1982 par Alain Aspect ont finalement produit des résultats qui, pour Olivier Costa de Beauregard, donne sans conteste la victoire quanta.

Ce serait cependant sans compter avec les multiples difficultés proprement techniques surgissant de la mise au point atteste aussi délicat.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Plusthon
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 01 Sep 2006
Messages: 1 947
J'accepte La charte: Oui j'ai lu et pris connaissance de la charte, j'e l’accepte et je m’engage à la respécter

MessagePosté le: 13/11/2006 16:37:59    Sujet du message: Contre-espace, rebrousse-temps Répondre en citant

Contre-espace, rebrousse-temps

Une victoire sur les camps des relativistes devrait mettre à mal certains concepts, mais il n'en est rien car les deux doctrines ont toutes deux raisons de pas et d'autres, simplement, une chose n'est pas vue, trop aveuglante certes, mais aussi énorme, de ces faits qui révulsent et qu'on ne veut pas voir.

Au revenant en effet à nos photons jumeaux. En vertu d'un décret de la relativité, l'ordre de tourner, nous le savons ne peut pas passer de l'un à l'autre, et cependant il passe : l'ordre de marque de six ne peut passer d'un dé à l'autre et pourtant tout deux en même temps marquent le six.
Mais quel est le trajet interdit à cet ordre ? évidemment la voie directe entre les deux photons ne prenant aucun temps est donc purement spatiale

On aura l'idée d'une telle voix en imaginant de personnes qui, ces temps entendus à l'avance, par chacun de son côté pour déposer, à une heure dite, chacun un des marquants le six : tout se passe comme si, à cette heure dite, un ordre était instantanément transmis, c'est-à-dire sans durée et de façon, par conséquent, purement spatiale.

Ce cas, évidemment, correspond à celui où le tirage au sort serait fait à l'avance, mais nous savons qu'il n'en est rien : la décision a lieu à la fin du roulement, et non dans le cornet.

Modifions à présent notre exemple de manière à le rendre conforme : les deux personnes ont strictement rien convenu et l'une d'entre elles, n'importe quand, nous lançons des qui marquent le six ; l'autre, à ce même moment, lorsque également sondé, qui marquent aussi le six.

Faisant alors une hypothèse de science fiction : au moment même où il constate que sont des marques six, les premiers personnages remontent en et va, dans le passé prescrira l'autre de s'arranger pour qu'en jetant à l'heure dite son dé, celui-ci marque également le six.

Voici enfin le paradoxe, voici enfin le point que l'on ne veut pas voir tant il heurte le sens commun, celui-ci de tous les jours, le scandalise, même si depuis longtemps, la 100 sections nous a accoutumé aux voyages dans le temps.

Car, on l'a pressenti, fidèle aux principes évoqués tout à l'heure, selon lequel le paradoxe d’Einstein, pour être surmonté, exige un « paradigme » Olivier Costa de Beauregard saute hardiment le pas « Ce qu’Eienstein ne songeait pas même à remarquer, par ce qu'une telle remarque ouvre à la réflexion des abîmes, et ceci : il y a entre(le grand noirci et le grain non noirci) une connexion physique, le zigzag (grain noirci-trou-grain non noirci) relayé dans le passé(au niveau du trou) »
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Plusthon
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 01 Sep 2006
Messages: 1 947
J'accepte La charte: Oui j'ai lu et pris connaissance de la charte, j'e l’accepte et je m’engage à la respécter

MessagePosté le: 13/11/2006 22:54:08    Sujet du message: Notion de temps dans la physique quantique Répondre en citant

Télégraphes temporel


L'idée, soulignons-le, n'a pas soudain surgi du néant : elle était implicitement contenue, depuis longtemps, dans de nombreuses théories physiques.

Nous citerons pour mémoire le texte célèbre de Laplace sur les probité des causes qui, des 1774,1 produit la réversibilité temporelle de droit, et de même,Loschmidt et Zermelo qui, respectivement en 1876 et 1896, postule « qu'au niveau élémentaire la cause a été n'est pas temporellement fléchée » mais, à part peut-être Richard feynnam suggérant qu'un électron positif n'est autre qu'un électron négatif qui, au lieu d'aller du passé vers le futur, revient du futur vers le passé, nulle avant Olivier Costa de Beauregard n'avait osé, à notre connaissance, la formuler au grand jour.

Les conséquences en sont multiples et souvent tout aussi scandaleuses. Ainsi, ce qui est, dans une expérience, « se passe » entre la préparation et l'acte de mesures est hors du temps et de l'espace : on ne peut rien en dire, ni même en penser.

Charles Hirsch
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: 22/06/2017 20:26:15    Sujet du message: Notion de temps dans la physique quantique

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Cercle des ufologues Index du Forum -> Forum en Français -> Science -> Physique
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation



Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
MylMatriX theme for phpBB version 2+
Created by SGo
Based on the original subSilver Created by subBlue design